CATEGORIE PAR ARCHIVE : Mémoire

  • -

Scierie du Plan du Moulin

CATEGORIE : Mémoire , Non classé , Patrimoine

Déjà répertoriée au XVIIIe siècle, la force motrice était hydraulique : une bédière (bédzère en patois), petit canal de dérivation, amenait l’eau du Bonnant, en alimentant successivement un moulin puis la scierie :

Cadastre de 1901

L’eau fait tourner la roue, qui entraîne l’arbre et le système bielle manivelle. La scie est alors battante, elle monte (à vide) et descend (en sciant), le tronc avance lentement sur un chariot lui aussi mu par l’arbre principal.

Propriété de la famille Hottegindre depuis 1899, elle sera électrifiée en 1944, en compensation de la prise d’eau de Tré-la-Tête qui dérivait une partie du débit du Bonnant vers le barrage de la Girotte en Savoie. La lame est maintenant à double denture, pour scier dans les deux sens, un sciage sur une longueur de 4 m demande environ 3 min.

La battante en action
Le scieur André Hottegindre dit Ded
La battante et son chariot

Une scie à ruban plus moderne permet de scier beaucoup plus rapidement et sur des pièces de plus grande longueur :

Savez-vous pourquoi une planche ordinaire fait 27 mm d’épaisseur ?

Réponse : c’est une survivance de l’ancien régime, avant l’invention du système métrique : un pouce français = 27,07 mm (un douzième de pied, le pied de Charlemagne !). Ne pas confondre avec le pouce anglo-saxon qui vaut 25,4 mm.

Merci à Ded pour cette visite très intéressante !